Skip to content

Bâti ancien, quelles particularités ?

La rénovation d’un bâti ancien nécessite des techniques et des matériaux spécifiques. En effet, les bâtiments anciens ne sont pas construits comme les immeubles modernes. S’ils ne sont pas adéquatement rénovés, ils risquent de souffrir de désordres, dont les plus courants, des problèmes d’humidité. L’objectif d’une rénovation est d’entretenir et améliorer son bâti (confort, esthétique…) sans y créer de pathologies.

Qu’est ce que le bâti ancien ?

On parle de bâti ancien pour définir tous les bâtiments conçus avec des techniques de construction anciennes. Généralement on estime que le bâti ancien est le bâti conçu avant 1948.

Il a pour spécificité d’avoir été construit avec les matériaux présents sur place, avec de fortes spécificités régionales.

Les maisons des années 60 ou 70 ne sont ainsi pas considérées comme des bâtiments anciens. Les constructions postérieures à 1948 utilisent presque systématiquement du béton (parpaings) et du ciment, qui sont des matériaux de construction modernes. À l’inverse, le bâti ancien est composé de matériaux plus naturels et locaux : pierre, terre crue (torchis, bauge…), bois, briques… Les bâtiments anciens et modernes n’ont pas les même techniques constructives et ne sont pas composés avec les mêmes matériaux, leur rénovation doit donc être distincte.

Bâtis ancien et patrimoine historique

Je profite de cet article pour vous confier ma vision du « patrimoine ». Il est généralement d’usage de penser le bâti patrimonial à travers les bâtiments historiques, ceux classés ou inscrits au titre des monuments historiques. J’ai à cœur de rappeler que le « petit » patrimoine, aussi appelé patrimoine vernaculaire fait totalement parti du patrimoine. Quand je vois des bâtis en pierre ou en terre, je ne vois pas seulement les matériaux qui ont été utilisés, je vois surtout le savoir faire qui a été mise en œuvre, je vois l’énergie, le travail collectif, l’engagement, la patience… C’est aussi pour ça que je suis attirée par ce bâti ancien et sa restauration, et que j’ai envie de faire perdurer cette vison, comme peuvent le faire les associations du patrimoine et d’autres acteurs (cf. Partenaires). Ce patrimoine est caractéristique d’une culture locale, populaire, non-dominante, celle de l’histoire du quotidien et des pratiques : lavoirs, moulins, calvaires ou petit bâti rural (habitat, étable, fours…). La mémoire collective passe aussi par la conservation, voire la conversion, du patrimoine vernaculaire, souvent encore mal identifié et protégé. Ces petits éléments bâtis sont les ciments d’un territoire et le reflet de modes de vie passés. Représentatifs d’une culture populaire forte, il va même au delà du patrimoine bâti. La préservation et la restauration de ce patrimoine est essentielle. Elle peut aussi être des leviers de développement local et permettre le rassemblement et le partage d’expériences. De même les bâtis d’aujourd’hui seront le patrimoine de demain.

Bâtis ancien et rénovation

Les bâtiments anciens peuvent présenter des défis particuliers en matière de rénovation et de maintenance. Les matériaux de construction anciens peuvent être difficiles à trouver et peuvent nécessiter des techniques de réparation spécialisées pour être restaurés correctement. Les systèmes de chauffage, de plomberie et d’électricité nécessitent également une mise à niveau pour répondre aux normes modernes de sécurité et d’efficacité énergétique. Les travaux de réparation et de consolidation peuvent également nécessiter des techniques de maçonnerie spécialisées. Malheureusement, tous les professionnels du bâtiment ne sont pas formés à la rénovation de l’ancien, ce qui entraîne parfois l’apparition de désordres.

Spécificités de la rénovation du bâti ancien

La restauration d’un bâtiment ancien va toujours entraîner certaines spécificités, qu’il est bon de connaître :

  • Pour commencer, les matériaux anciens (pierre, brique, terre, etc.) et les matériaux modernes (pour ainsi dire le béton et le ciment) ne sont pas meilleurs amis, au contraire ! Utiliser un enduit au ciment ou des matériaux non respirants dans le bâti ancien peut ainsi « étouffer » le bâtiment et entraîner différents problèmes.
  • Ensuite, le bâti ancien est plus exposé aux problèmes d’humidité. Ceci est dû à la porosité des matériaux de construction anciens, et à l’absence de rupteurs de capillarité dans la construction ancienne. Ces problèmes peuvent être accentués après des travaux de maçonnerie, d’isolation ou de façades.
  • L’isolation du bâti ancien est toujours un enjeu. Les maisons anciennes sont généralement mal isolées d’un point de vue thermique et ne sont pas conçues pour être isolées. Il est donc souvent nécessaire d’investir dans leur ventilation mécanique.
  • La question de la préservation touche toujours le bâti ancien (même s’il n’est pas classé). Quitte à vivre dans un bâti ancien, il est intéressant de conserver son charme (parquets, tommettes, escalier ancien, etc.) et de respecter l’esprit du lieu.
  • La rénovation de l’ancien peut exiger des techniques et métiers spécifiques et parfois rares à trouver. Il faut par exemple faire appel à un maçon spécialisé, un couvreur ou chaumier, ou encore à un spécialiste du traitement de l’humidité. C’est d’autant plus vrai qu’il existe de nombreuses techniques de construction dans le bâti ancien (qui varient d’une région à l’autre région).
  • Les règles d’urbanisme encadrent généralement la modification des bâtis anciens. Il est donc essentiel de bien s’informer de ce qu’il est possible de faire et ne pas faire au moment de rénover son logement.

Parmi les difficultés à prévoir, on peut citer la nécessité de défaire de précédents travaux de rénovation. La rénovation du bâti ancien est une problématique prise en compte il y a quelques décennies à peine par les professionnels du bâtiment. On retrouve ainsi de nombreux bâtiments anciens rénovés qui souffrent de différents désordres liés à une mauvaise rénovation.

Si vous souhaitez aller plus loin sur la rénovation des bâtis anciens et ses particularité, je vous encourage à explorer l’article « De bonnes bottes et un bon chapeau » où sont davantage détaillées les problématiques les plus courantes et où y sont abordés quelques solutions.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Commentaire sur “Bâti ancien, quelles particularités ?”