Skip to content

Rénovation énergétique – Quelques pistes de réflexions pour améliorer son confort

Une déperdition thermique correspond à une perte de chaleur subie par un bâtiment. Selon les règles physiques du transfert thermique, les calories chaudes vont vers les atomes les plus froids. L’hiver, si les calories de chauffage trouvent un pont par lequel s’échapper, elles vont naturellement s’y faufiler pour aller chauffer l’air extérieur. A l’inverse, l’été l’air chaud de l’extérieur se glissera pour venir réchauffer l’air plus frais de votre intérieur.

Cela génère des sensations de froid l’hiver et de chaleur pesante l’été, et dans les deux cas, de l’inconfort.

D’où proviennent les déperditions thermiques ?

Selon l’Ademe, dans un logement, les déperditions thermiques se répartissent ainsi :

  • 25 à 30 % par le toit

Plusieurs raisons expliquent ce constat : une grande surface de contact entre l’intérieur et l’extérieur, une forte exposition au vent, au soleil et aux intempéries et les lois de la physique à savoir que la chaleur produite dans l’habitation a tendance à monter et à s’évacuer par le haut du bâtiment.

C’est pourquoi, en fonction de la configuration et de l’aménagement de votre habitation l’isolation de la toiture et l’isolation des combles sont les opérations de rénovation énergétique les plus recommandées.

  • 20 à 25 % par les murs

Pour l’isolation des murs, en respectant l’emploi de matériaux adaptés aux bâtis anciens (pour en savoir plus, n’hésitez pas à consulter mes autres articles et notamment « Bâti ancien, quelles particularités ?« ), 2 options s’offrent à vous : l’isolation des murs par l’extérieur ou l’isolation des murs par l’intérieur (la plus couramment employée mais réduisant la surface habitable).

  • 20 à 25 % par l’air renouvelé et les fuites

Les zones de fuite d’air peuvent provenir : des cheminées, des hottes, des serrures, des gaines électriques, de menuiseries mal installées ou dégradées… !

Ne pas confondre fuite d’air et renouvellement d’air. Celui-ci assure un air sain et régule le taux d’humidité (la ventilation apporte le taux d’humidité approprié à votre air pour chauffer convenablement !

  • 10 à 15 % par les ouvertures (fenêtres, portes, baies vitrées, bas de portes…)

Aujourd’hui, les menuiseries bénéficient généralement d’une bonne performance thermique et acoustique en double ou triple vitrage si elles sont installées correctement.

  • 7 à 10 % par les planchers bas

L’isolation d’un plancher bas peut être envisagée en portant attention aux remontées capillaires dans les bâtis anciens.

Ces chiffres sont des moyennes. Chaque logement est différent et s’étudie au cas par cas en fonction de son mode constructif, son orientation, son environnement, sa localisation…

Comment identifier les déperditions énergétiques ?

Le ressenti d’inconfort est un premier indicateur.

L’effet « paroi froide » l’est également (écart de température entre les parois et le centre d’une pièce).

En rénovation, pour identifier plus précisément d’où viennent les déperditions thermiques du bâtiment, il peut être intéressant de réaliser un audit énergétique. Grâce aux données de différents appareils de mesure, le bureau d’étude dresse une analyse des points faibles en matière d’isolation du logement et propose une priorisation des travaux à envisager pour limiter les ponts thermiques.

Quelles conséquences ?

Les déperditions thermiques présentent plusieurs aspects négatifs. En premier lieu, le gaspillage énergétique qui se traduit par une hausse de la consommation de chauffage. Cette surconsommation entrainant une augmentation des factures énergétiques et une hausse de l’empreinte carbone du ménage.

Que faire ?

S’il s’agit avant tout de limiter au maximum les déperditions thermiques pour réduire l’utilisation du chauffage en hiver et d’améliorer le confort des habitants en cette saison, la question de l’isolation a également des répercussions sur le confort d’été.

Entreprendre des travaux d’isolation représente un budget, il est donc important d’investir judicieusement dans les postes qui vous apporteront du confort sur la durée.

Aussi, vous pouvez prétendre à des aides financières pour alléger la facture.

Méfiance tout de même, les professionnels prêchent généralement pour leur paroisse. Certains artisans peuvent proposer des systèmes de chauffage (ou de climatisation), certes surement performants mais peut être inadaptés à votre situation ou votre logement.

Et si vraiment il vous est impossible à l’heure actuelle d’investir dans des travaux de rénovation énergétique, quelques pistes de décoration peuvent augmenter votre sensation de confort en attendant de pouvoir le faire. Je pense par exemple à l’installation de rideaux (« double rideaux ») devant vos fenêtres et portes, à des tapis au sol, et à bien d’autres matériaux, matières et couleurs chaleureuses.

L’intérêt est donc de prendre le temps de réfléchir aux travaux énergétiques à privilégier, pour améliorer à la fois son confort et utiliser son budget à bon escient.

Et si vous souhaitez avoir plus d’informations sur cette thématique ou me parler de votre projet de rénovation, N’HESITER PAS A ME CONTACTER.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.